CONFERENCES



2017-2018 (33ème cycle)

Le mystère de β pictoris scruté depuis l’Antarctique

le vendredi 20 octobre 2017 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Djamel MECARNIA

Astrophysicien à l'OCA

Entrée gratuite


Résumé : Avec l’arrivée de la nuit en Antarctique, les observations de l’étoile β Pic avec le télescope ASTEP viennent de débuter. Il s’agit d’observer un système d’une étoile très jeune et de sa planète géante, de tenter de découvrir des lunes ou des anneaux et au-delà, de résoudre un mystère : La variation de brillance de l’étoile observée en 1981 était-elle due au passage de la planète devant son étoile ? Pour la première fois, dans le cadre d’une collaboration internationale, un télescope va pointer cette étoile célèbre en continu, depuis mars jusque septembre 2017. Ceci n’est possible que parce que ce télescope automatique est localisé au milieu du continent Antarctique, et qu’il bénéficie d’une nuit presque continue lors de l’hiver austral. Les premières courbes de lumière de β Pic sont très prometteuses.

L’histoire du système solaire vue par les petits corps

le vendredi 8 décembre 2017 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Benoit CARRY

Astronome à l'OCA

Entrée gratuite


Résumé : Depuis les années 1980, les scientifiques supposent que la structure du Système solaire, au cours de son histoire, est restée statique : les corps se trouvent dans la zone où ils se sont formés. Les premières études de la répartition de la composition des astéroïdes ont permis une classification en fonction de leur distance au Soleil, montrant une transition entre des corps évolués, "chauds", proches du Soleil et des corps plus primitifs, "froids", plus éloignés.

Ce modèle a quelque peu évolué à partir des années 2000, avec la mise au jour d’exceptions : des astéroïdes a priori formés dans un environnement "chaud" sont trouvés de plus en plus loin du Soleil, et réciproquement. En parallèle, avec la quête des exoplanètes et notamment la découverte de « Jupiters chauds », c’est-à-dire de géantes gazeuses orbitant très près de leur étoile, l’idée de systèmes planétaires statiques est sérieusement remise en question.

Etoiles doubles et exoplanètes

le vendredi 19 janvier 2018 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Daniel BONNEAU

Astrophysicien à l'OCA

Entrée gratuite


Résumé : Les systèmes stellaires binaires sont un résultat fréquent du processus de formation stellaire.

Bien que le processus de leur formation soit différent, la détection des exoplanètes utilise les mêmes méthodes que celles utilisées pour l'observation des étoiles doubles...

Nous verrons à travers quelques exemples que les couchers de soleils vus de la planète Tatooine ne sont probablement pas que de la science fiction.

Phénomènes cosmiques et histoire de l'humanité

le vendredi 16 mars 2018 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Albert BIJAOUI

Astronome

Entrée gratuite


Résumé : L’histoire de la vie sur la Terre a été marquée par plusieurs phases d’extinction massive. Leur nombre (de 3 à 18) dépend du seuil considéré d’espèces décimées. Le fait que ce nombre soit discutable montre la difficulté de différencier ce phénomène du reste de l'évolution. Le plus souvent le nombre de cinq extinctions est mis en avant dans la littérature, avec le qualificatif les cinq majeures.

10 ans de PAIX…en Antarctique

le vendredi 18 mai 2018 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Merieme CHADID

Astrophysicienne

Entrée gratuite


Résumé : PAIX, premier programme polaire d'observation robotisé depuis l'Antarctique, a été lancé avec succès pendant la nuit polaire 2007. Contre vents et marées, PAIX et son équipe continuent à explorer le ciel austral, dans des conditions extrêmes, en sondant l'intérieur stellaire par des séries temporelles de mesures photométriques à différentes couleurs en continu et sans interruption jour/nuit à chaque nuit polaire. PAIX a enregistré la première courbe de lumière polaire et témoigne d'une nouvelle technologie d'instrumentation polaire robotisée et sa faisabilité en milieu hostile.


2016-2017 (32ème cycle)

Ondes ou particule...

le photon défie toujours l'intuition.

le mardi 18 octobre 2016 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Sébastien TANZILLI
Directeur de recherche au CNRS

Entrée gratuite


Résumé : La notion de particule de lumière - le photon - introduite par Einstein en 1905, est difficile à concilier avec le modèle ondulatoire de la lumière, fermement établi au XIXème siècle par Young, Fresnel, Maxwell, et bien d'autres... La dualité onde-particule de Louis de Broglie reste aujourd'hui "un grand mystère", comme a pu l'écrire le grand physicien Richard Feynman. Les méthodes modernes de l'optique quantique ont permis de réaliser ce qui n'était pendant longtemps que des "expériences de pensée". On décrira quelques expériences sur la lumière qui mettent en évidence le caractère intriguant de la dualité onde-particule, aujourd'hui mise à profit dans certaines procédures de cryptographie quantique.

La lumière synchrotron...

pour entrer dans l'infiniment petit.

le jeudi 12 janvier 2017 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Corinne NICOLAS-CABANE

Médiateur scientifique au labo Géoazur

Entrée gratuite


Résumé : La lumière synchrotron est produite par l’accélération de particules chargées tournant dans un anneau de stockage. Les particules ainsi accélérées atteignent une vitesse proche de celle de la lumière et le spectre lumineux (ou rayonnement synchrotron) produit, comprend toutes les longueurs d’ondes de l’infrarouge (10-5 m) au rayon X durs (2,5.10- 11m). Extrêmement brillant et stable, ce rayonnement permet d’étudier la matière inerte et vivante avec une précision jusqu’à présent jamais égalée jusqu’à l’échelle atomique. Il est un outil précieux dans des domaines très variés de la recherche et de l’industrie (physique, chimie, développement durable, médecine, biologie...). Il permet l’étude des propriétés de surface des matériaux et des interfaces, l’étude dynamique des phénomènes chimiques, des déformations et des interactions moléculaires...
De la mise en évidence des mécanismes fondamentaux de la génétique (initiation de la transcription) aux dernières découvertes sur la structure du noyau de la lune (PNAS, mars 2015), la lumière synchrotron est promesse d’éblouissantes découvertes pour le futur.

Astronomie et Poésie

le vendredi 31 mars 2017 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Cédric JACOB

Docteur en Sciences de l'Univers

Entrée gratuite


Résumé : Au travers de cet exposé illustré de nombreuses photographies du ciel et animations, nous naviguerons vers la poésie spécifiquement littéraire, témoignage de la place de l’Homme dans l’Univers au travers des âges, à partir de la Renaissance, jusqu’à nos jours.

Nous découvrirons ensuite les apports de l’astronomie à la poésie avec quelques thèmes astronomiques dominants : la Nuit, le firmament, la Lune, le Soleil, les planètes, les comètes, au travers de poèmes classiques, mais aussi de productions originales et personnelles sur les constellations et sur les phases de la Lune notamment.

Nous aborderons enfin le rivage des similarités de fond entre les démarches poétique et scientifique et du problème de langages nécessairement différents entre ces deux univers.


Cédric Jacob est professeur en Mathématiques et Sciences Physiques au Lycée les Eucalyptus, Docteur en Sciences de l’Univers, animateur de l’association d’astronomie de l’Université de Nice Sophia-Antipolis : AQUILA, et poète

Cédric Jacob est auteur d’un livre de poésies : « De Science et d’Idéal », « en attendant l’Eveil »

recueil ayant gagné le prix du concours Alain Lefeuvre en 2007, éd.Mélis, ISBN : 2-35210-017-1

 

100 ans de relativité générale...

vus depuis la Lune.

le jeudi 18 mai 2017 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Agnès FIENGA

Chercheur au labo Géoazur

Entrée gratuite


Résumé : La Théorie de la Relativité Générale, due à Einstein (1915), est une des théories fondamentales de la physique du vingtième siècle.


2015-2016 (31ème cycle)

Quand les étoiles gazouillent...

nébulent et s'éclatent...

le mardi 3 novembre 2015 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Olga SUAREZ

Chercheuse associée UMR Lagrange - OCA

Entrée gratuite


Résumé : Les étoiles ont une vie particulière. Elles se forment dans des nuages de gaz, et évoluent pendant des milliards d'années en nous envoyant leur lumière. La fin de leur vie est parfois violente et pour d'autres plus douce, mais toujours magnifique. Pendant cette conférence nous visiterons des pouponnières d'étoiles, nous situerons le Soleil dans son parcours vital et nous finirons par assister à la mort d'étoiles comme notre Soleil ou d'autres étoiles beaucoup plus explosives.

Ombres et lumières...

des éclipses antiques aux microlentilles gravitationnelles.

le jeudi 7 janvier 2016 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Daniel BENEST

Astrophysicien à l'OCA en retraite

Entrée gratuite


Résumé : Eclipses, occultations, passages, phénomènes mutuels des satellites de Jupiter, transits, lentilles gravitationnelles, etc. et phénomènes rasants associes ne sont que différents aspects d'une même occurrence : l'alignement de 3 astres, auquel s'ajoute un Observateur. Néanmoins, lorsque l'astre hébergeant l'Observateur ne participe pas à l'action, il ne reste effectivement que 2 astres et un Observateur alignés. Alignement qui, sauf exception, n'est que provisoire mais qui, pour notre plus grand intérêt, peut être périodique. Ces phénomènes ont joué un grand rôle tout au long de l'histoire de l'astronomie, de l'Antiquité aux exo planètes. Plusieurs exemples marquants sont présentés, qui éclairent des étapes majeures de l'évolution de nos connaissances sur l'Univers.

100 ans de relativité générale...

vus depuis la Lune.

CONFÉRENCE REPORTEE EN 2017

le mardi 8 mars 2016 à 18h

à la MAISON DES ASSOCIATIONS
12 ter place Garibaldi 06300 Nice

Par Agnès FIENGA

Astronome adjointe à l'OCA

Entrée gratuite


Résumé : La Théorie de la Relativité Générale, due à Einstein (1915), est une des théories fondamentales de la physique du vingtième siècle.

Découvrir la navigation astronomique...

le point en mer.

CONFÉRENCE ANNULÉE 

le mardi 31 mai 2016 à 18h

à la MAISON DES ASSOCIATIONS

12 ter place Garibaldi 06300 Nice

Par Jérôme-Henry TEULIERES 

Professeur de sciences physiques

Entrée gratuite


Résumé : La navigation astronomique est une technique de navigation qui consiste à déterminer sa position à l'aide de l'observation des astres et la mesure de leur hauteur (c'est-à-dire l'angle entre la direction de l'astre et l'horizon)


2014-2015 (30ème cycle)

L'espace, le temps, la gravitation

le mardi 4 novembre 2014 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Bertrand CHAUVINEAU

Astrophysicien à l'Observatoire de la Côte d'Azur

Entrée gratuite


Résumé : Présentation du phénomène de gravitation et de la place qu’il a occupé et occupe dans la connaissance et la compréhension de l’Univers dans lequel nous vivons. Ceci nous amènera à voir comment ont évolué les notions d’espace et de temps, et comment une meilleure compréhension de la nature et de l’espace-temps nous a conduit à élaborer une théorie de la gravitation qui s’est avérée très fructueuse (appelée « relativité générale »). Nous verrons également quel est le statut de cette théorie aujourd’hui, ses limites et les questions ouvertes posées par les observations récentes de l’Univers à différentes échelles.

Lhéliosismographie...

ou la musique du Soleil

le jeudi 22 janvier 2015 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Eric FOSSAT

Astrophysicien à l'Observatoire de la Côte d'Azur

Entrée gratuite


Résumé : L’héliosismologie est une technique d’analyse du Soleil très récente. Elle procède des progrès de l’observation, permettant de mesurer de petites variations de vitesse à très haute résolution spatiale à la surface du Soleil, et d’améliorations théoriques, extrapolées des techniques de sismologie terrestre.

Ecouter l'univers...

grâce aux ondes gravitationnelles.

CONFÉRENCE ANNULÉE

le mardi 19 mai 2015 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Karelle SIELLEZ

Doctorante à l'Observatoire de la côte d'Azur

Entrée gratuite


Résumé : Selon la théorie de la Relativité générale d’Einstein, lorsque deux masses sont en mouvement, il doit se former une déformation de l’espace-temps, qui va pouvoir se propager sur de très grandes distances, que l’on nomme les « ondes gravitationnelles ». Toutefois, les amplitudes de ces déformations sont tellement faibles que les sources les plus intenses en onde gravitationnelle sont les objets astrophysiques les plus denses, comme les étoiles à neutrons ou les trous noirs. Pour détecter ce phénomène il faut utiliser les technologies de pointes dans le domaine de la métrologie pour espérer être sensible à leur passage sur Terre. Cet effort est en cours depuis maintenant plus de 50 ans et nous commençons seulement à atteindre des sensibilités d’instrument suffisantes pour espérer détecter les ondes gravitationnelles émises par les phénomènes les plus violents de l’Univers comme les effondrements d’étoiles ou la coalescence de trous noirs.

La vitesse de la lumière...

de Cassini à Perrotin.

le jeudi 12 janvier 2015 à 18h30

au collège J.Valéri à Nice

Par Gilles BOGAERT

Astrophysicien à l'OCA

Entrée gratuite


Résumé : Quand il voulut servir la France et rétablir sa grandeur, c’est vers les sciences que Bischoffsheim se tourna, et créa un Observatoire. Un observatoire beau comme un palais, un palais convoquant Garnier et Eiffel, mais un Palais issu d’un rêve au but élevé, celui de la connaissance. Un observatoire pour donner aux scientifiques les moyens d’observer et comprendre, observer la Terre et ces étoiles d’où devaient venir les lumières. Perrotin, astronome aguerri, homme simple et droit, prit la direction d’un commando d’astronomes, vivant reclus et servant la science comme on sert une église.